Actualités

Webinaire 8 avril - 17h30 

Les attentes post covid feront-elles la ville du futur?

 

Rencontre avec l'équipe du LISST-CIEU de l'université Jean-Jaurès : Fabrice Escaffre, Lionel Rougé, Guénola Capron et Salomon Gonzalez (Universidad Autónoma Metropolitana (UAM)- Azcapotzalco, Mexico) 

 

Animé par Céline Loudier-Malgouyres et Philippe Millasseau. 

La crise sanitaire, devenue crise sociale et économique, a engendré une série d’interrogations sur la ville. Et ce qu’on entend souvent, c’est un fond de discours sur l’inhabitabilité des villes ou plutôt sur l’état d’exténuation qu’aurait atteint le modèle urbain. La ville, renvoyée à la figure de la métropole, y est présentée comme pathogène, cause prévisible des maux de notre société actuelle, à commencer par la propagation des virus et surtout la difficulté à les enrayer. Un des premiers ressorts critiqués est celui de l’absorption continue de la croissance démographique par les seules métropoles qui deviennent invivables car saturées. Une des premières attentes est alors celle d’une nouvelle « sagesse urbaine » pour refonder la fabrique de la ville, des territoires, en intégrant la transition écologique, la justice sociale et une citoyenneté nouvelle.

Comment réagir quand on est urbaniste ? Faut-il changer de cap et réorienter sa pratique ? Et la ville du futur, quels en sont ses contours et sur quels fondements symboliques et réels la construire ?

Il nous semble que c’est en tout cas l’heure de la réflexion. Nous vous proposons donc d’écouter puis d’échanger avec les acteurs du monde universitaire qui prennent le temps d’interroger le phénomène urbain. 

 

Aujourd’hui, où la ville est évaluée sur sa qualité résidentielle (car l’expérience qu’a fourni le COVID dans la vie des gens, c’est l’évaluation de l’environnement situé autour de leur domicile), cela signifie-t-il que la ville du futur sera une ville résidentielle ? Mais que deviennent alors les espaces publics et l’espace public dans cette ville où chacun part de son propre cadre de vie ? Abordés souvent en confondant appropriation, convivialité et cohésion, les espaces publics posent des questions en fait très techniques sur la fabrique, la gestion puis la gouvernance de la ville, qui permettent de dessiner quelques enjeux de la ville de demain.

 

Trois propos seront développés :

- Avec Lionel Rougé. Que nous dit le désir d’appropriation des lisières périurbaines ? Entre publicisation et braconnage de l’espace public, une renégociation de l’usage entre collectivité publique, propriétaires privés et riverains.

- Avec Guénola Capron. A qui appartient le trottoir ? Comment le trottoir se situe au creuset du jeu d’acteurs entre pouvoir public, acteurs privés et citoyens et interroge la gouvernance de la ville.

- Avec Salomon Gonzales. La ville du futur doit-elle délibérément compter sur l’informel ? Car à trop valoriser les pratiques informelles, on en oublie ses dérives, quand la loi du plus fort l’emporte et que la judiciarisation devient parfois la seule issue.

Merci de vous inscrire sur ce lien : 

https://www.helloasso.com/associations/apump-occitanie/evenements/les-at...